[et_pb_section admin_label=”section”]
[et_pb_row admin_label=”row”]
[et_pb_column type=”4_4″][et_pb_text admin_label=”Text”]

IMG_4461.jpg
Hello mes petits chats ♡
Je tenais à partager avec vous une recette que j’affectionne et qui est bonne pour la santé.
Le pudding chia et le granola sont idéals pour bien commencer la journée, surtout fait maison où l’on peut choisir soi-même les ingrédients. Bien sûr, on y met ce que l’on aime… !
Pour un muesli bien gourmand, j’ai choisi d’intégrer toutes sortes d’oléagineux qui se marient très bien, miam !
 Les bienfaits des graines de chai sont remarquables notamment lors de la grossesse (fibres++++ hihi)

Le plus de ce petit-déjeuner : il se décline à l’infini selon les envies 😉

Ingrédients :

  • 250 g de flocons d’avoine
  • 50 g de noix
  • 50 g de noisettes
  • 50 g d’amandes
  • 50 g de noix de macadamia
  • 1/3 de dose d’huile de coco ou de noisette
  • 4 CS de miel
  • 3 CS de graine de chai
  • 100 ml de lait 1/2 écrémé ou lait végétal
  • De fruits frais de saison
  • 4 CS de graines de sésames
  • 100 g de fromage blanc
Préparation:
  1. Préparer la veille avant d’aller au lit les graines de chai : mettre 3 CS de graines de chai mélanger avec le lait dans un bol.
  2. Préchauffer le four à 160° C. Tapisser une plaque de papier de cuisson qui servira pour déposer la préparation du granola
  3. Hacher grossièrement les oléagineux (on conserve d’assez gros morceaux pour le croquant.)
  4. Dans un grand récipient mélanger le flocon d’avoine avec tous les oléagineux.
  5. Incorporer le miel et l’huile de coco, bien mélanger pour enrober les ingrédients secs.
  6. Étaler la préparation sur une plaque recouverte de papier cuisson et enfourner 25 à 30 minutes en mélangeant deux ou trois fois pour une cuisson uniforme.
  7. A la sortie du four, laisser reposer.
  8. Mettre le pudding chai au fond d’un bocal, puis le fromage blanc, enfin ajouter le granola surmonté des fruits frais et le tour est joué
  9. Déguster
  10. Conserver le muesli dans une boîte hermétique (environ 1 mois).

IMG_4462[/et_pb_text][/et_pb_column]
[/et_pb_row]
[/et_pb_section]

Hello mes petits chats ♡

Sur les débuts de notre collocation avec Jules, c’était épuisant puisque forcement, il ne dormait pas aux heures qui nous convenaient. Nous étions clairement exténués. Au bout de 3 semaines, j’ai fini par mettre le locataire dehors !! Il était tant qu’il dorme dans sa chambre.

Le premier mois, fut intense ; nous passions notre temps à le bercer, merci les coliques… Je savais que les bébés ne font aucune différence entre le jour et la nuit (une histoire d’horloge biologique pas encore réglée apparemment).

Il fallait qu’il dorme absolument sinon je ne donnais pas cher de ma peau. Je me suis mise à lire beaucoup de livres sur le sujet pour comprendre le sommeil des nouveaux nés. J’ai donc compris que le sommeil d’un bébé est un apprentissage et qu’il le fait à son rythme tout comme il apprendra un jour à ramper, à marcher et à parler.

Comment l’aider ?

Nous avons dans un premier temps répondu à tous ses pleurs (aaaahhh je vois arriver THE débat). Après chacun a sa façon de voire les choses. Je ne suis pas là pour vous dire quoi faire, mais ce que nous avons fait nous au quotidien. Jules se sentait rassuré et confiant pour être seul dans son lit.

Jusqu’à ses deux mois, il continuait de boire la nuit, je pense que nous répondions aux pleurs par la nourriture en systématique (PLEURES = FAIM) alors qu’il avait sûrement besoin d’autre choses, de câlins par exemple.

Je précise que je n’ai pas allaité Jules, alors je ne sais pas si c’est applicable aux bébés allaités, les besoins ne sont pas les mêmes puisqu’il me semble que le lait maternel est plus facile à digérer, entrainant plus de téter. Jules s’est vite calé à 4 biberons par jour, hyper pratique pour nous !

Nous avons arrêté de bercer Jules pour l’endormir, car il prenait du poids à vu d’œil. Et je n’avais plus la force pour le porter. Nous avons donc instauré un rituel du soir assez tôt, bain-bibi-calins-dodo pour qu’il puisse comprendre que ça va être le moment d’aller dormir. Nous couchions Jules réveillé dans son lit afin qu’il apprenne à s’endormir seul. Les aux revoirs étaient brefs, et nous lui expliquions qu’il fallait dormir, car c’était la nuit et qu’on se reverrait demain matin. Dès sa naissance, il a toujours été accompagné de son doudou. Pour s’endormir nous lui avons toujours mis sur les yeux et maintenant il le fait tout seul.

Les réveils nocturnes se sont espacés et il finissait par se rendormir seul.

Je culpabilisais beaucoup de le coucher tard au début, puis il a trouvé son rythme tout seul et maintenant, il s’endort vers 20 h/21 h.

Il peut toutefois y avoir des retours en arrière. Par exemple, au moment des poussées de croissance, doublage des gencives, poussées dentaires, angoisse de séparation (entre 6/8 mois)… Et là grosse panique !!!!!! La peur de ne plus jamais dormir. Finalement plus de peurs que de mal, il finit toujours par reprendre son rythme. Il faut avoir confiance en lui et ne pas angoisser au coucher sinon ils le ressentent et angoissent à leur tour.

Petit résumé :

– Chaque bébé apprend à faire ses nuits à son rythme et, même lorsqu’il dort bien, il peut y avoir des retours en arrière.

– Mettre en place une routine du dodo.

– Pour s’endormir, un bébé a besoin de se sentir en sécurité. Avant son coucher ou pendant la nuit, il peut aussi avoir besoin d’être rassuré, particulièrement pendant la période de l’angoisse de séparation.

Voilà rien de bien sorcier. L’important, c’est de faire comme l’on peut et se faire confiance.

Hello mes petits chats ♡

J’ai repris le travail à la fin de mon congé maternité soit 10 semaines après la naissance de Jules. Nous avions préparé l’entrée à la crèche deux semaines avant de reprendre le boulot. Je suis infirmière dans un service d’urgences autant vous dire que passer de mon foyer douillet avec mon bébé à la jungle infernale de ce service a été très très très compliqué !!

J’ai vraiment mal vécu la séparation, surtout que j’avais repris à temps pleins. Alors sachez mesdames que vous avez des droits : 6 mois de compensation par la caf  si vous passez à un temps partiel. Autant vous dire que j’ai tenu qu’un mois. J’ai fini par demander ce fameux temps partiel (que je garderai à vie je pense ). En travaillant en 12H, le temps partiel est juste parfait puisque je bénéficie la plupart du temps d’une à deux semaines de repos mensuel, idéal pour profiter de mon bébé et de mon chéri.

Après une journée de boulot épuisante, la deuxième journée commence dès que je rentre à la maison bain-bibi-calins-coucher et toutes les tâches ménagères, soucis familiaux, personnels…On arrive vite à avoir la tête sous l’eau.

Comment conserver sa santé physique et mentale ?

D’abord, je me suis fais violence à plusieurs reprises pour laisse Jules à ma famille au début, j’avais l’impression de me dévêtir de mon rôle de mère, de ne pas assurer puisque j’avais besoin de quelqu’un pour souffler. Mais ce n’est pas le cas, bien au contraire, c’est faire face à une situation temporairement difficile en trouvant une solution adaptée au bon moment. Et clairement c’est profitable pour tout le monde, je peux prendre du temps pour moi et les grands-parents heureux de garder leur petit fils pouvant ainsi créer une relation privilégié avec lui. Je me suis donc imposée d’aller au yoga une fois par semaine ça m’aide énormément à être plus sereine. C’est hyper important de continuer à prendre soin de soi et de déléguer.

Nous avons opté pour les courses en ligne avec une liste préenregistrée des articles que l’on commande chaque semaine. On gagne du temps et puis clairement je déteste faire les courses. Il existe aussi et il faut qu’on s’y remette rapidement aux paniers de fruits et légumes, viandes, poissons… livrés à domicile. Pour une consommation bio/éco-responsable c’est l’idéal.

Nous avons pour nous faciliter la vie, j’ai investi dans un aspirateur robot. Avec Jules qui traine par terre et un chien dans la maison c’était plus que nécessaire et clairement ça change la vie, je n’ai pas touché l’aspirateur depuis plusieurs semaines (ça ne dispense pas de passer la serpillière par contre). J’ai également investi dans un robot cuiseur car je suis vraiment nulle en cuisine, je fais tout cramer… je sais, c’est cher mais pour moi la tranquillité n’a pas de prix et puis gustativement c’est clairement meilleur !

Pour être bien organisé, nous avons mis en place un planning familial avec une visibilité sur le mois afin de ne rien oublier.

Le porte bébé a été aussi d’une grande ressource pour effectuer les tâches ménagères quand Jules nous menait la vie dure.

Voila quelques petites astuces qui me soulage sur le quotidien. N’hésitez pas à partager les vôtres en commentaire, je serai ravie de les lire !!

[et_pb_section admin_label=”section”]
[et_pb_row admin_label=”row”]
[et_pb_column type=”4_4″][et_pb_text admin_label=”Text”] 

Hello mes petits chats ♡

La venue d’un enfant est toujours excitante, mais tout aussi stressante également. On ne sait pas vraiment les éléments qu’il faut avoir pour bien préparer l’arrivée de bébé. Cet article vous permettra d’identifier mes indispensables bébé, ceux que j’ai pu tester.

Le porte bébé Studio Roméo. J’ai découvert cette marque à tout hasard sur les réseaux lorsque j’étais enceinte de Jules. J’ai tout de suite été attirée par le côté très pratique de ces porte-bébés, simplement constitués de deux bandeaux que l’on place de part et d’autre des épaules avant de venir installer le bébé. Gros + : 100 % coton bio ;), simplicité, calme bébé rapidement. Le – : ne conviens pas vraiment aux enfants de plus de 10 kg selon moi.

Frise_Mode_Emploi_2048x

 

La baignoire pliable Flexi Bath Stokke. Elle prend vraiment très peu de place puisque nous sommes actuellement en location et la configuration de la pièce ne nous permettait pas d’avoir une grosse baignoire. Le plus : idéal pour les endroits étroits sans baignoire. Le – : je n’en ai pas trouvé !!!

372590_0_1600x1200_e558aecb417cacd67f422062f84de5d720114b53

 

Le transat up and down de Beaba. Un indispensable dès la naissance !

Les + : le fait que le bébé soit en hauteur (idéal pour les foyers avec des chiens), le coussin réducteur pour bien caler le bébé, les 3 positions dont allongée, les poignées solides où on peut attacher plein de jouet ou de langes, la possibilité de bercer le bébé avec le pied et la sécurité. Le – : il est encombrant et pas facile à transporter, poids limite 9 kg…

BEA-912485

Le lit parapluie light Babybjorn. Enfin, un lit parapluie avec matelas intégré, une fois plié hyper compact. Le + : confortable, hyper light (6 kg). Idéal pour les nomades. Le – : le prix est un peu élevé, mais ça vaut le coup de faire l’effort vu le gain de temps et de place.

travel-crib-light-black-040280-babybjorn[/et_pb_text][/et_pb_column]
[/et_pb_row]
[/et_pb_section]

[et_pb_section admin_label=”section”]
[et_pb_row admin_label=”row”]
[et_pb_column type=”4_4″][et_pb_text admin_label=”Text”]

IMG_8051

Hello mes petits chats 

Voilà, ça fait bien 2 mois que j’ai écris cet article, il était temps de le mettre en ligne. Sans prétention, je souhaitais partager avec vous mes premiers pas de jeune maman. Mes galères ainsi que mes victoires. Écrit avec le cœur, peut-être que je pourrais aider une future maman grâce à mes articles.

Lorsque je suis tombée enceinte, je n’étais pas vraiment prête. Ma première réaction ? panique à bord !! C’était le moment de faire le deuil de ma vie pleine de légèreté et d’insouciance à deux avec mon chéri, mais aussi de ma propre enfance. Clairement je me trouvais bien trop jeune pour avoir un enfant, bon d’accord j’ai bientôt 25 ans, mais j’étais surtout la première de ma génération et c’est pas facile à encaisser et à assumer.

Le premier trimestre est vraiment compliqué… nausées, dégoût, fatigue, les douleurs aux seins et au bas ventre, le nez bouché (drôles de symptômes je sais), les sinusites… et surtout un bidon toujours aussi plat. On a vraiment du mal à réaliser. J’avais tellement hâte que mon premier trimestre se termine. Je n’arrivais pas à trouver ce moment agréable, j’étais mal et pleine de doutes sur moi-même et mes facultés à devenir mère. Ces doutes que j’ai gardé jusqu’au premier mois de mon bébé. 

Il a alors été temps d’annoncer la nouvelle à nos familles. Tout le monde était si heureux ! Dans ma famille proche, je suis la première à avoir un enfant, ce fut donc particulièrement fort. Plutôt que de dire directement que j’étais enceinte, j’avais acheté des bodies personnalisés que j’avais fait à la Fnac avec noté «futurs grands-parents ». Quand je repense aux différents moments où on l’a annoncé, je me dis que ce sont vraiment des souvenirs précieux.

Je pense que le moment où l’on se sent le mieux enceinte c’est entre le 4ème et le 5ème mois. Moins malade, on peut profiter des premiers coups du bébé, on le voit à l’échographie virevolté dans son ventre. 

Puis s’installe peu à peu le poids et le ral le bol total !! Le bidou nous gène, la métamorphose physique, les insomnies, les micros pipis toutes les deux minutes, les culbutes pour sortir du lit, le mal de dos, la démarche de pingouin, ne plus pouvoir s’habiller comme on veut, le bébé qui grossi et te prend pour son pucching ball.

En gros pour résumer : on se sent mal dans sa peau et vite qu’il sorte !!!

Pour de nombreuses femmes être enceinte est merveilleux, personnellement j’ai détesté. Nous sommes toutes différentes ! J’ai l’impression que la grossesse et la maternité sont des sujets tabous. Tout doit être beau et facile. Mais croyez moi ce n‘est pas le cas.

J’ai été arrêté à mes 22 SA car je suis infirmière et nous sommes debout durant 12h30. J’aurai aimé tenir plus mais je commençais à avoir des contractions du coup le repos était plus que nécessaire.

J’ai très mal vécu d’être arrêtée, c’était comme si l’on m’avait enfermé en prison, qu’est-ce-que j’ai pu m’ennuyer… je n’ai pas su profiter de ce temps pour me reposer. 

J’en ai profité pour marcher, faire du yoga, aller à l’aquabaleine, et faire du pilate prénatale à Formes & O sur Bon-Encontre. Pour l’accouchement ça m’a été très utile d’être en forme !!!!

J’avais tellement hâte qu’il arrive que lorsque j’ai passé les 37 SA et que la viabilité de mon bébé était assurée, j’ai commencé à tout faire pour qu’il sorte plus tôt. Même si finalement c’est lui qui aura le dernier mot, mais ça m’aura occupé au moins. 

Puis Jules a pointé le bout de son nez le 08 mars 2018, journée de la femme, merci Titou je m’en souviendrai. Ceci-dit je me suis trouvée impressionnante car accoucher durant 11H avec une péridurale qui ne fonctionne pas, relève clairement de la folie. Mais quel bonheur d’avoir son bébé posé sur soi après une telle épreuve !!

J’ai vraiment souffert le lendemain de mon accouchement, j’avais mal partout, comme si je m’étais prise un camion en pleine face ! Je ne tenais pas sur mes jambes à cause de l’anémie, heureusement le papa a assuré !

Puis vient cette fameuse chute d’hormones et le baby blues en rentrant à la maison. J’ai surement paniqué de rentrer et d’être seuls. En tant qu’infirmière je savais que le baby blues existait mais je n’aurais jamais imaginé qu’il me toucherai autant. J’étais dévastée, j’ai pleuré sans arrêt pendant 2 semaines au moins. Le baby blues a fait ressortir tout ce que j’appréhendais pendant ma grossesse.

Le premier mois fut pour moi : HORRIBLE ! Entre ce fameux baby blues, la fatigue et le chamboulement dans mon quotidien, rien n’allait.

Puis nous avons fini par trouver notre rythme de croisière et nous avons appris à nous connaitre.

Le 2ème mois fut pour moi une révélation. Une grosse claque d’amour. Je comprenais enfin toutes ces mamans “gaga” de leurs enfants. Tout a bien été plus facile quand Jules a commencé à faire ses nuits comme un grand dans sa chambre au bout de 2 mois et demi.  (je ferai un article sur ce sujet)

J’ai appris à aimer mon nouveau rôle de maman.

La grossesse et la maternité sont les choses les plus naturelles et ancestrales qui puisse exister ; être maman s’apprend, ce n’est pas facile, ni inné mais ce n’est pas impossible !!

Photos de grossesse faite par mon amie Alice

[/et_pb_text][/et_pb_column]
[/et_pb_row]
[/et_pb_section]