Vivement qu’il dorme !

Hello mes petits chats ♡

Sur les débuts de notre collocation avec Jules, c’était épuisant puisque forcement, il ne dormait pas aux heures qui nous convenaient. Nous étions clairement exténués. Au bout de 3 semaines, j’ai fini par mettre le locataire dehors !! Il était tant qu’il dorme dans sa chambre.

Le premier mois, fut intense ; nous passions notre temps à le bercer, merci les coliques… Je savais que les bébés ne font aucune différence entre le jour et la nuit (une histoire d’horloge biologique pas encore réglée apparemment).

Il fallait qu’il dorme absolument sinon je ne donnais pas cher de ma peau. Je me suis mise à lire beaucoup de livres sur le sujet pour comprendre le sommeil des nouveaux nés. J’ai donc compris que le sommeil d’un bébé est un apprentissage et qu’il le fait à son rythme tout comme il apprendra un jour à ramper, à marcher et à parler.

Comment l’aider ?

Nous avons dans un premier temps répondu à tous ses pleurs (aaaahhh je vois arriver THE débat). Après chacun a sa façon de voire les choses. Je ne suis pas là pour vous dire quoi faire, mais ce que nous avons fait nous au quotidien. Jules se sentait rassuré et confiant pour être seul dans son lit.

Jusqu’à ses deux mois, il continuait de boire la nuit, je pense que nous répondions aux pleurs par la nourriture en systématique (PLEURES = FAIM) alors qu’il avait sûrement besoin d’autre choses, de câlins par exemple.

Je précise que je n’ai pas allaité Jules, alors je ne sais pas si c’est applicable aux bébés allaités, les besoins ne sont pas les mêmes puisqu’il me semble que le lait maternel est plus facile à digérer, entrainant plus de téter. Jules s’est vite calé à 4 biberons par jour, hyper pratique pour nous !

Nous avons arrêté de bercer Jules pour l’endormir, car il prenait du poids à vu d’œil. Et je n’avais plus la force pour le porter. Nous avons donc instauré un rituel du soir assez tôt, bain-bibi-calins-dodo pour qu’il puisse comprendre que ça va être le moment d’aller dormir. Nous couchions Jules réveillé dans son lit afin qu’il apprenne à s’endormir seul. Les aux revoirs étaient brefs, et nous lui expliquions qu’il fallait dormir, car c’était la nuit et qu’on se reverrait demain matin. Dès sa naissance, il a toujours été accompagné de son doudou. Pour s’endormir nous lui avons toujours mis sur les yeux et maintenant il le fait tout seul.

Les réveils nocturnes se sont espacés et il finissait par se rendormir seul.

Je culpabilisais beaucoup de le coucher tard au début, puis il a trouvé son rythme tout seul et maintenant, il s’endort vers 20 h/21 h.

Il peut toutefois y avoir des retours en arrière. Par exemple, au moment des poussées de croissance, doublage des gencives, poussées dentaires, angoisse de séparation (entre 6/8 mois)… Et là grosse panique !!!!!! La peur de ne plus jamais dormir. Finalement plus de peurs que de mal, il finit toujours par reprendre son rythme. Il faut avoir confiance en lui et ne pas angoisser au coucher sinon ils le ressentent et angoissent à leur tour.

Petit résumé :

– Chaque bébé apprend à faire ses nuits à son rythme et, même lorsqu’il dort bien, il peut y avoir des retours en arrière.

– Mettre en place une routine du dodo.

– Pour s’endormir, un bébé a besoin de se sentir en sécurité. Avant son coucher ou pendant la nuit, il peut aussi avoir besoin d’être rassuré, particulièrement pendant la période de l’angoisse de séparation.

Voilà rien de bien sorcier. L’important, c’est de faire comme l’on peut et se faire confiance.

Comments

  1. Boots And Pepper
    9 novembre 2018 / 12 h 50 min

    Et comme tu le dis, c’est un apprentissage qui s’acquiert au rythme de chacun… Ici 2 bébés, et 2 histoires totalement différentes ! Mon aînée a vite compris l’alternance nuit/jour, vers 6 semaines elle dormait de 23h à 6h environ, puis les nuits se sont allongées peu à peu. Un vrai jeu d’enfant héhé!
    Pour la deuxième… Rien n’est encore gagné. Vers 6 semaines, elle a également intégré l’alternance nuit-jour, mais cela ne l’empêchait pas de réclamer le sein toutes les heures (et oui je pense aussi que l’allaitement y est pour bcp, car la première était au biberon). Elle se rendormait facilement, mais contre moi. 18 mois de nuits blanches ont suivi. Je te laisse imaginer notre état. Et bizarrement, nous avons commencé à mieux dormir quand nous avons fermé la porte ;). Aujourd’hui, à plus de 2 ans elle se réveille encore 2-3 fois par nuits, mais elle se rendort seule la plupart du temps. Mais bon, je rêve tout de même de retrouver des nuits de 8h, ou même de 6 sans un bruit haha !
    Bises

    • 9 novembre 2018 / 12 h 54 min

      Merci pour ton retour !! On voit bien que ça diffère même d’un enfant à l’autre. Oui la technique de la porte fermée est top aussi hihi appliquée et approuvée !!! 😁😂

Répondre à Boots And Pepper Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *